La Bourse à Dés

Ultavia 4 : le bilan

Le Festival d'Ultavia 4 s'est achevé dimanche dernier !

On commence par un très gros MERCI à tous les participants qui sont venus particulièrement nombreux cette année :) MERCI aussi à nos partenaires associatifs de la Guilde, la Table des Héros, le Collectif Mélusine et du MIPEUL pour les sessions de jeux de rôle, de GN et de société qu'ils ont proposé.

MERCI aussi aux professionnels et aux auteurs : Peggy Landreal, Arjuna Khan, Gaël Sacré, Kévin Guillemont, Christophe Lécot, Bruno Guérin, Michael Maurat, Fred Pinson, les éditions Libellud et Amandine Hilt. Le Festival ne serait pas un grand lieu d'échange sans tous ces représentants des professions ludiques pour échanger avec les participants et présenter leurs oeuvres.

MERCI aussi à nos partenaires publics, la Ville de Poitiers, l'Université de Poitiers et le CROUS qui nous ont soutenu, logistiquement et financièrement et sans qui le Festival n'aurait tout simplement pas eu (de) lieu !

MERCI enfin à tous nos bénévoles. Vous avez été géniaux, vous vous êtes démontés tout ce week-end pour offrir une expérience unique aux visiteurs et aux partenaires et on espère que vous en avez retiré de bonds souvenirs et pas (trop) de courbatures.

Le Festival d'Ultavia a donc accueillis 300 visiteurs cette année, 100 de plus que l'an dernier ! Notre nouvelle carte pour la buvette, qui intègre des options végétaliennes, a été très appréciée et nous vous remercions d'avoir été curieux et ouverts d'esprits pour découvrir ces recettes au moins aussi bonnes que les autres :)

Mais de votre côté qu'avez-vous pensé d'Ultavia 4 ? Nous avons créé un petit formulaire pour que vous nous disiez ce que vous pensez du Festival
Enfin, on a déjà des projets plein la tête pour Ultavia 5. On pense à un espace brocante, des tables rondes, des conférences, des ateliers maquillages, des défilés de cosplay et des concours de costumes. Qu'en dites-vous ? N'hésitez pas à nous le dire en commentaire :)

La LBD - Le 29/9/2018

haut de page

La Bourse à Dés cherche des bénévoles !

La Bourse à Dés recrute de nouveaux membres, bénévoles ou participants au Conseil d'Administration.
La Bourse à Dés est une association culturelle qui a pour but de promouvoir l'imaginaire et le ludisme grâce aux jeux. Comment fait-on ? En proposant des animations centrée sur les jeux bien sûr !

Chaque semaine nous proposons des permanences jeux de rôle ou jeu de société, une soirée où les visiteurs et les membres peuvent découvrir en s'amusant de nouveaux univers. Régulièrement l'association sort de son cocon ludique pour proposer des activités un peu partout à travers Poitiers et toucher des publics différents. L'association a aussi une émission de radio hebdomadaire d'une heure où l'on parle jeux et une convention annuelle pour réunir les associations, les professionnels et surtout les amateurs ou néophytes pour découvrir et échanger autour du monde des jeux de rôle, de société etc...

Pour réussir à faire tout ça, et bien nous avons besoin de vous ! Si les activités de l'association vous plaisent, vous pouvez devenir bénévole afin de participer à leur maintien ou leur croissance ! La cotisation annuelle de l'association est fixée à 20 euros, et voici un exemplaire de notre Charte du Bénévole, qui vous expose les avantages et objectifs en tant que bénévole au sein de notre associations :

En signant cette charte, le membre actif de La Bourse à Dés s’engage à respecter certains engagements. En retour, l’association La Bourse à Dés s’engage également.

Les engagements du membre actif :
- Payer sa cotisation
- Participer aux événements et/ou ateliers (décrits ci-dessous) de l’association dans la mesure de ses capacités. Ceci peut correspondre en moyenne à deux permanences par mois et un événement par mois.
- Participer à la réalisation du Festival d’Ultavia
- Participer aux débats lors des Assemblées Générales, physiquement ou pas procuration.

Les engagements de La Bourse à Dés :
-Protéger ses membres par une assurance civile lorsqu’ils participent aux activités et événements de l’association
-Accorder le droit de vote à ses membres au sein de l’association
-Rendre éligible ses membres au Conseil d’Administration et au Bureau
-Offrir un accès gratuit à une vaste gamme de jeux et à des magazines traitant du loisir
-Permettre aux membres d’emprunter des jeux à l’association (conditions dans le règlement intérieur)
-Faire bénéficier ses membres de formations et leur transmettre des compétences gratifiantes

Formations disponibles :
Elles dépendent des partenariats que l’association entretient, n’hésitez pas à contacter le CA ou le Bureau pour plus de détails.
Expérience associative (API Jeunes, Animafac, La Bourse à Dés)
Compétences rédactionnelles et radiophoniques (Radio Pulsar)
Animation et scénarisation (La Bourse à Dés)

Ateliers associatifs :
Le bénévole peut également participer à différents ateliers qui réclament un investissement régulier ou ponctuel :
Permanences associatives : animation jeux de rôle et de société à la résidence universitaire Descartes
Tables à café : récolte de dons pour l’association, communication sur les événements futurs
Newsletter de l’association : Rédaction d’articles et diffusion de nouvelles du monde ludique
Ludothèque en ligne : rédaction d’avis en ligne sur les jeux proposés par l’association
Plaisirs Ludiques : Tenir une chronique hebdomadaire dans l’émission de radio de l’association, de septembre à juin inclus
Dé Calé : Magazine semestriel de l'association, des tests, des scénarios, des jeux rédigés par l'équipe
Communication Web : Animer la page Facebook, le compte Twitter et le site internet de l’association

La LBD - Le 12/8/2018

haut de page

[A fond ludique] Extension Dice Forge

Bonjour tout le monde,

Aujourd'hui, on va parler un peu de jeu pour changer. Les articles "A fond du ludique" vont se concentrer sur des compte-rendu de partie, des expériences de jeu, des anecdotes ou tout simplement des tests et nos avis sur certaines sorties. On pourra même parler de vieux jeu parce qu'après tout, on n'a rien contre la poussière.

Jouer un tour du côté de Parthenay

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore (Hérétiques, au bûcher !) le FLIP c'est le Festival Ludique International de Parthenay. Il a lieu dans cette commune du nord-Deux-Sèvres tous les ans au mois de juillet. L'ensemble du centre-ville se transforme alors en gigantesque salon du jeu, notamment de société mais pas que. On y retrouve de nombreux éditeurs, des trophées et des concours, des escape game, des boutiques, des animations jeux de société, de rôle ou grandeur nature. Il y a même des jeux de plage et du trampoline. Pourquoi ? Parce que.

Le Festival est renommé et attire des milliers de personnes chaque année, en faisant probablement le deuxième plus grand événement "jeux de société" de France après le Festival International des Jeux de Cannes. L'avantage du FLIP cependant, c'est qu'il est d'accès gratuit et que la majorité des activités proposées ne vous demanderont pas de mettre la main à la poche. En plus, Parthenay étant une ville moins grande que Cannes (mais de peu ...), l'intégralité des tarifs en général y sont moindres, alors autant en profiter !

Le FLIP c'est donc l'occasion de rencontrer les éditeurs et auteurs de jeux, ainsi que de participer à des animations uniques. C'est là qu'on en vient au jeu car notre équipe de bénévole a fait un tour au FLIP et a pu tester un prototype.

Un dé reforgé

Stéphanie, Marina et Hadrien, accompagnés de l'impartial Mathias, ont donc fait un tour du côté du stand de l'éditeur poitevin Libellud. Sur une petite place avec une fontaine, des bancs et des parasols, il était agréable de s'installer à l'ombre pour fuir le soleil, grand ennemi du joueur régulier. Quoi ? "Rien à faire du décor, place au jeu !" Bon d'accord...

Ils ont donc pu tester la prochaine extension du jeu Dice Forge, à base de labyrinthe et de nouvelles faces de dés surpuissantes. Pour rappel, Dice Forge est un jeu où l'on jette des dés régulièrement pour tenter d'accumuler de l'or et des hauts-faits. On peut passer à la Forge pour y modifier les faces de nos dés et ainsi les rendre plus puissants ou plus adaptés à notre stratégie. Le but est donc d'accumuler des ressources et de les dépenser au bon moment. On choisit constamment entre améliorer ses dés et accumuler les points de victoire, sachant que des dés améliorés permettent d'en acquérir plus vite.

L'extension de Dice Forge ne révolutionne pas le concept de base, on n'est donc pas perdu. Toutefois, elle rajoute plein de nouvelles mécaniques dont nous allons vous parler ici.

Des dés, des dés partout !

On commence par rajouter un troisième plateau. Après les îles des hauts-faits et la Forge, voici le labyrinthe ! On y progresse grâce à l'une des faces de nos dés. (Attention, pour les connaisseurs sachez que cette face remplace la face "Pierre lunaire" donc le risque de pénurie sera très présent !) Chaque étape du labyrinthe offre une récompense et il est possible de choisir des chemins alternatifs pour sélectionner ce que l'on voudra. Le labyrinthe constitue une course puisque plusieurs étapes clés, notamment au milieu et à la fin, offrent de meilleures récompenses aux premiers arrivés.

De nouvelles faces de dés font leur apparition, ainsi que de nouveaux pouvoirs, comme par exemple le fait de pouvoir choisir sur quelle face va tomber l'un de nos dés. Allergiques au hasard, ce pouvoir est fait pour vous ! De nouvelles stratégies autour de l'Or ou de la copie de pouvoirs adverses se développent, ainsi que quelques pouvoirs permettent de voler (!) des points de victoires aux autres joueurs. Le jeu devient donc plus interactif et compétitif.

Le jeu nous fait découvrir aussi un tout nouveau dé, indépendant des autres, qui peut être lancé par n'importe qui. Ses faces sont tout bonnement démentielles ! On y trouve par exemple "Gagnez 12 Or" (le maximum de notre réserve de base !), "Gagnez 6 points de victoire" ou "Gagnez 3 de chaque ressources" bref, un dé qu'on est toujours heureux de pouvoir lancer. Un petit jet de ce dé peut souvent ouvrir de tous nouveaux horizons et nous permettre de rebondir.

On progresse donc dans le labyrinthe pendant son tour ou non, on peut déclencher des pouvoirs, gagner le droit de lancer LE dé, à n'importe quel moment. Et c'est peut-être là le principal écueil du jeu. Il est impossible d'effectuer son tour sans être interrompu dans sa séquence de jeu par les autres joueurs. L'ajout d'un pion "Joueur actif" sauve d'ailleurs de périlleuses situations, bravo Libellud ! Toutefois, on peut vite se retrouver perdu quand, au détour d'un lancer de dés, 2 autres joueurs raflent des ressources, avancent dans le labyrinthe, gagnent le droit d'aller à la Forge gratuitement et/ou lance LE dé qui leur donne encore le droit à un nouveau pouvoir.

Il faut toutefois relativiser car si on est "interrompu" tout le temps, cela veut aussi dire que tous les joueurs jouent très régulièrement au jeu ! Finit les longues minutes d'attente au sein d'un tour, tout ça parce que votre compère de jeu hésite entre "tuer l'hydre pour les points de victoire" ou "récupérer une face x3 sur l'île du casque" pendant 5 minutes avant de décider finalement "Tiens et si j'allais à la Forge en fait". Vous êtes soulagé, il n'y a plus qu'à attendre 5 minutes de plus le temps qu'il fasse ses emplettes et hésite entre deux faces de dés (de toute façon inutiles), qu'il les installe sur ses dés (tout pourris) et qu'il annonce enfin "Fin de mon tour... Ah mais non, je dépense 2 pierres solaires pour faire une autre action !" BREF !
Vous pourrez donc régulièrement résoudre des actions de jeu et vous amuser tout en attendant votre prochain tour actif. Cela veut aussi dire que le jeu devient plus touffu et nerveux (on passe d'un jeune ado à un gros métalleux) et qu'il faudra rester attentif pour saisir les opportunités qui s'offrent à vous.

Dés neufs avec dés vieux

En résumé, la nouvelle extension de Dice Forge, qui devrait sortir à la rentrée, apporte plein de nouvelles fonctionnalités à un jeu qui était déjà complet, sans pour autant le rendre lourd ou difficile. Certains déploreront un peu le côté "animé" des phases de jeu, mais il s'inscrit parfaitement dans la ligne éditoriale de Libellud qui est de nous offrir des jeux hauts en couleurs et en mécaniques. Bravo à eux !

On remercie également nos courageux bénévoles qui se sont essayés à l'expérience et qui se sont, apparemment, bien amusés quand même ;)

Et vous, avez-vous pu tester des prototypes ces derniers temps ? Y a-t-il de nouvelles sorties que vous attendez impatiemment ? Voudriez-vous d'un coin prototypes à Ultavia ? Dites-nous tout ça en commentaires !

La LBD - Le 27/7/2018

haut de page

Le Festival d'Ultavia approche !

La convention de l'année

Bonjour tout le monde ! L'été se passe bien, les activités de l'association sont suspendues le temps des vacances mais ne pensez pas qu'il ne se passe rien dans l'arrière-boutique ! Le Bureau et le CA se réunissent régulièrement pour parler du Festival d’Ultavia. « Mais c'est quoi Ultavia ? » nous direz-vous. Il s'agit de notre convention annuelle. C'est le projet pour lequel l'association s'est fondée, notre but. Tous les ans, nous avons à cœur de proposer une grande réunion de joueurs et de jeux durant tout un week-end sans interruption. Nos bénévoles se rassemblent tous pour l'occasion et tachent de proposer un événement inoubliable, rempli d'activités, de rebondissements et de superbes rencontres. Nous passons donc l'été à réunir le « Groupe de Travail Ultavia » pour mettre au point les grands axes du projet. Il y en a plusieurs : animation, partenariat, communication, logistique, invités. Cela nous permet de diviser le projet en des sections plus faciles à aborder, parce qu'Ultavia commence à prendre de l'ampleur ! On décide donc des jeux et autres animations proposées, comme des murders, des tournois ou des concours. On essaye d'inviter un maximum d'associations locales à participer afin qu'elles puissent se présenter au public. Le groupe communication imprime 3000 affiches et va les coller partout en France bien entendu… Et pour ce qui est de la logistique, vous l'aurez deviné, il s'agit de décider de ce qu'il y aura à la carte de la buvette ! L'équipe fait donc pas mal de tests culinaires et gustatifs, hic ! D'ailleurs, si vous avez des suggestions ou des réclamations, n'hésitez pas à nous en faire part !

Une convention pour les réunir tous

Cette année, le Festival aura donc lieu à la Maison des Étudiants de Poitiers, dans le cadre du Mois d'Accueil des étudiants, en plein cœur du campus de Poitiers. Ne partez pas tout de suite ! Cela ne veut pas dire que l'événement n'est accessible qu'aux étudiants, bien au contraire. Le Festival est entièrement gratuit et ouvert à tous ! Pour Ultavia, nous voulons créer une vitrine ouverte sur les univers ludiques. La plupart des gens pense encore beaucoup que le jeu se résume aux jeux-vidéo, au Monopoly et ne concerne que les enfants, ce qui est faux, très faux et archi-faux ! Le monde du jeu de société s'est aujourd’hui répandu dans le monde entier, avec des sociétés à portée internationale (comme Asmodée, une boîte française qui plus est), des récompenses mondiales (le Spiel Des Jhares allemand, les Ennies Awards anglosaxonnes ou l'As d'Or français) et des jeux que l'on peut retrouver à l'identique sur tous les continents. Le jeu de rôle connaît aujourd'hui un regain de popularité, loin des anciennes polémiques infondées, et s'offre même le luxe d'être pratiqué par des stars internationales, sur des chaînes de télévision. En bref, le XXIème siècle est celui du jeu.

Le Festival d'Ultavia a pour vocation de soutenir cette logique que nous promouvons tout au long de l'année : Jouer ce n’est ni une perte de temps ni réservé aux enfants. Les jeux modernes sont prompt à vous passionner et à vous amuser pendant des heures ou seulement quelques minutes si vous n'avez pas le temps. Ils peuvent réunir tous les âges, toutes les origines, tout le monde sait jouer puisque c'est notre premier vecteur d'apprentissage. C'est un loisir social et ludique. Ultavia présente donc toutes les facettes des mondes du jeu, toutes les façons de jouer. Les jeux de société, de rôle, de cartes, de figurines, grandeur nature ou en extérieur sont mis à l'honneur pour que vous trouviez le loisir qui vous plaît.

La Bourse à Dés ne s'arrête pas là ! Nous invitons également les associations poitevines locales à nous rejoindre. Car qui de mieux que le club local de jeux de cartes pour découvrir le jeu de cartes ? Ainsi, Ultavia ne se résume pas à un week-end de jeu. C'est aussi l'occasion de rencontres et de savoir où se rendre plus tard dans l'année pour aller jouer et tisser des liens. Les professionnels sont aussi les bienvenus au Festival, ils sont une part primordiale des univers ludiques. Comment jouerait-on sans créateurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs ou artisans ? Cela permet au Festival de devenir un vrai lieu de rencontre où vous pourrez découvrir les carrières du loisir, car oui, le jeu c'est aussi un monde professionnel viable. C'est donc l'occasion de tester des jeux en avant-première, voir des prototypes, d'en apprendre plus sur la vie et les projets des auteurs. Et, pourquoi pas, n'est-ce pas l’opportunité de mettre un pied dans l'univers du jeu en entamant un projet ? D'ailleurs, si il y certaines têtes que vous aimeriez voir à Ultavia, dites-le-nous, cela pourrait les motiver.

Révélations ludiques

Il est grand temps qu'on vous en dise plus sur cette quatrième édition en particulier ! Chaque année, nous reprenons un élément culturel de Poitiers pour en faire notre affiche, et nous définissons trois thèmes qui agrémenteront les journées du Festival. Vous avez sous les yeux le prototype de l’affiche d'Ultavia #4, réalisé par Asur. C'est une illustratrice française talentueuse dont nous avons découvert les visuels grâce à l'un de nos bénévoles. Tout le monde a été séduit, nous lui avons donc demandé de réaliser sa vision d'Ultavia à partir d'un monument situé en centre-ville. Si vous souhaitez un indice, il se trouve dans un petit parc au pied d’un autre monument emblématique de la ville, qui sert ici d’arrière-plan. Si vous avez trouvé, vous pouvez nous le susurrer en commentaire.

C'est un élément important pour nous, car il permet d'ancrer les activités de l’association à l'échelle locale et de valoriser la culture poitevine souvent négligée, mais en réalité pleine de pépites. C’est un peu comme le monde du jeu en fait. Concernant les thèmes, nous mettons fin au suspens, les voici. Le vendredi sera consacré aux mort-vivants, le samedi aux contes de fée et le dimanche au thème asiatique. Il y a de quoi mêler de nombreuses inspirations et Asur a su retranscrire chacun des thèmes dans l'affiche, encore bravo à elle ! Pour ceux qui pratiquent le Festival depuis quelques années, vous savez aussi que chaque Festival dispose d’un spectacle ou d'un événement bien particulier. Mais on en va pas non plus tout vous dire en une fois, héhé ! On se retrouve donc dans quelques semaines pour de nouvelles révélations. D'ici là, il se pourrait bien que les inscriptions aux activités commencent, alors tenez-vous au courant !

Si nos projets vous plaisent et si vous avez envie de nous soutenir, sachez que notre assemblée générale aura lieu dans un mois, fin août. Ce sera l'occasion de vous inscrire à l’association, de nous soutenir financièrement si vous le souhaitez, voir de vous engager comme bénévole et vivre toutes ces aventures de l'intérieur !

La LBD - Le 16/7/2018

haut de page

Comparatif Empire des Cerisiers / Livre des Cinq Anneaux

Duel de titans

De nos jours, on ne compte plus le nombre de projets en financements participatifs. Il est difficile de faire le tri parmi toutes les idées, souvent originales, parfois un peu folles. On espère d'ailleurs que la rubrique Mécénat Ludique de notre newsletter vous aide à y voir plus clair ! Pour ceux qui nous suivent régulièrement, vous savez aussi que nous adorons les jeux à thématiques asiatiques, confère nos articles sur La légende du Cerisier qui fleurit tous les dix ans ou Yedo.

Aujourd'hui, on a trouvé une solution pour parler à la fois de financement participatif, de jeux asiatiques et de quelque chose de nouveau ! Nous allons donc faire un petit comparatif entre deux jeux de rôle aux apparences semblables, mais très différents en réalité. Voici donc un article pour comparer La Légende des Cinq Anneaux et L'Empire des Cerisiers.

Pour commencer, si vous voulez avoir quelques informations de base, jetez donc un œil du côté des sites respectifs de ces jeux :
La page L5A sur le site de FFG
https://www.fantasyflightgames.com/en/products/#/universe/legend-of-the-five-rings
La page du projet EdS
https://fr.ulule.com/lempire-des-cerisiers/

Situons les choses dans les grandes lignes. D'un côté, le Livre des Cinq Anneaux (résumé ici L5A) est la version française du jeu américain Legend of the Five Rings. Nous écrirons peut-être « La Légende des Cinq Anneaux » au cours de ce texte tant la confusion est facile. Le jeu de rôle est issu d'un jeu de cartes qui situait son univers dans un pays asiatique fictif emprunt de fantastique et de magie. Il se focalise sur les affrontements, politiques ou armés, des samouraïs, réunis en Clans. L5A est réputé pour son univers vaste, son système de jeu létal et l'utilisation d'un code d'étiquette pour le roleplay.

De l'autre côté, l'Empire des Cerisiers est un tout nouveau jeu de rôle, créé par un homme, Olivier Sanfilippo, ayant longtemps collaboré en tant qu'illustrateur pour L5A entre autre. L'Empire des Cerisiers se situe dans un japon médiéval-fantastique très différent de ce que l'on connaît. Les esprits, les dieux et les pouvoirs magiques y sont répandus. On peut y incarner les personnages de son choix, guerriers, samouraïs, paysans ou magiciens dans le but de vivre des aventures héroïques inspirées des films de sabres japonais.

Pot de fer contre pot de terre ?

Quand on voit le mastodonte que représente aujourd'hui L5A (5 versions, des dizaines de suppléments, un jeu de carte encore vivace et des productions de fans par centaines) on se dit que le petit EdC (Empire des Cerisiers) ne fera qu'effleurer sa gloire encore chatoyante. La Version 1 de L5A est considérée encore aujourd'hui par beaucoup de fan comme « la meilleure ». Mais les rôlistes trentenaires de nos jours ne sont-ils pas majoritairement nostalgiques? Toutefois, nous ne sommes plus à cette époque. N'en déplaise aux plus conservateurs, la pratique du jeu de rôle a évolué, et leur construction également.

Bien que les gros mastodontes à licence réussissent encore à nous vendre des livres de base de 500 pages, avec 3 ou 4 suppléments quasi-obligatoires, la majorité de la production rolistique se fait aujourd’hui sur des formats plus réduits, plus efficaces, mais toujours de qualité. On pourrait ainsi opposer « les grands et les ti-peu » en comparant Donjons&Dragons à Dragon de Poche, L'Appel de Cthulhu à CthulhuHack ou Pavillon Noir à P. I. R. A. T. E. S. Le roliste a maintenant un budget plus serré, moins de temps pour absorber les informations du jeu, et tout simplement l'envie de transmettre la flamme sans avoir besoin de passer 2 ans sur une même campagne.

Pendant ce temps, la prochaine version de L5A (la cinquième) rencontre de la grogne en raison de l'abandon du système de jeu Roll&Keep (jeter des dés et ne garder que certains résultats) au profit d'un système à dés spéciaux qui s'annoncent coûteux et inutilisables sur d'autres jeux. Beaucoup de joueurs reprochent le jeu sclérosé de L5A. Avec son univers à la longue histoire qu'il faut apprendre/connaître et son système de Clans très pratique pour la prise en main des jeux de l'époque mais enfermant souvent les joueurs dans des stéréotypes, L5A fait figure de vieux professeur des écoles.

De ce point de vue, l'Empire des Cerisiers a raison sur tous les tableaux. Il présente un système simple, un style épuré. Il est très beau grâce à ses illustrations travaillées et ses suppléments sont utiles mais pas indispensables. Son prix d'entrée est donc faible et son format plus petit (et paysage) le rends plus digeste. Il utilise deux simples dés à 6 faces, les créations de personnages sont rapides, permettent de choisir parmi un vaste choix non-contraint et se basent sur l'histoire du personnage et son vécut plutôt que sur son héritage inné. Les personnages seront davantage transversaux. Le projet a rencontré un tel succès en financement participatif qu'une véritable gamme sera développée autour du jeu. Mais n’est-ce pas déjà là le début du problème ? Si EdC développe à son tour une gamme très détaillée, dans quelques années le même reproche qu'à L5A ne pourra-t-il pas lui être fait ?

Bien qu'il soit facile de jeter la pierre à L5A, nous en sommes particulièrement fan à l'association. Ce jeu nous permet, grâce à ses versions différentes, de réunir les différentes générations de joueurs autour de mythes communs et de références partagées. Incarner un samouraï offre de vrais défis d'interprétation, et peut nous mener à accomplir des actions de jeux rares et prendre des décisions bouleversantes. On ne sait d'ailleurs pas encore quel sera le résultat de l'EdC, puisqu'il n’est pas encore sorti en tant que tel. Mais nous gageons qu'il sera une bouffée d'air frais, avant que nos vieux briscards retournent défendre leurs Clans du Crabe ou du Scorpion.

Si vous voulez jeter un œil au vaste univers de L5A, voici la page du wiki fait par les fan :
http://l5r.wikia.com/wiki/Legend_of_the_Five_Rings_Wiki

En Bref

Vous l'aurez compris, il y a du pour et du contre dans les deux projets. Voilà un petit résumé là-dessous pour avoir les grandes lignes.

Le Livre des Cinq Anneaux (L5A) :
Gamme : 5 versions, plusieurs dizaines de suppléments
Création : 1997, lié à un jeu de cartes
Origine : États-Unis
Système : Roll&Keep D10 puis système à dés spéciaux
Prix d'entrée : Environs 40 euros pour le kit d'initiation. Sinon 55 euros pour le livre de base + environs 15 euros de dés par joueurs soit entre 85 et 130 euros pour 2 à 5 sets.
Univers : Pseudo-Japon médiéval-fantastique, système de caste prégnant. Univers héroïque et dramatique.
Possibilités ludiques : Relativement restreintes (caste des samouraïs) en verticalité, large en horizontalité (intrigues politiques, guerres, enquêtes, romance, exploration, voyage …)


L'Empire des Cerisiers (EdC) :
Gamme : 1 version, 3 suppléments (scénarios et 2 de contexte)
Création : 2018, projet d’un auteur
Origine : France
Système : 2d6
Prix d’entrée : Environs 50 euros (Livre + dés)
Univers : Pseudo-Japon médiéval-fantastique, assez féodal. Univers héroïque et merveilleux.
Possibilités ludiques : Très larges en verticalité (possibilité d'incarner n'importe qui), moins large en horizontalité (pas de règles spécifiques pour la politique ou le combat de masse)

En résumé, L'Empire des Cerisiers reste plus abordable, plus héroïque et plus transversal. Si vous n'êtes pas certains de vous amuser en ne jouant que des samouraïs et en ne vivant que par leur point de vue, préférez l’Empire des Cerisiers. En revanche, si vous adorez les univers complets, que vous souhaiter le faire découvrir petit à petit autour de vous, et que les intrigues et les choix moraux ne vous font pas peur, foncez sur L5A ! Pour finir, si c’est avant tout la simplicité que vous recherchez, l’EdC pourrait vous satisfaire, mais des jeux à livret unique comme Les Errants d'Ukiyo (difficile à trouver maintenant) et l'Empire du Soleil Défunt (récent et facile à acheter) seront plus à propos. N’hésitez pas à vous faire votre propre idée, à en parler entre vous et surtout à en discuter avec nous en commentaire !

La LBD - Le 29/6/2018

haut de page

Logo

Evénements à venir


Nous suivre

facebook twitter

Newsletter